Le retour des Ninja

Un Ninja en Lego ?! LE mix parfait

Yes!
Les ninja sont de retour. Ils sont apparus à plusieurs reprises dans mes errances aujourd’hui (hors des niches dans lesquelles ils apparaissent d’habitude), ce qui est un signe généralement fiable de l’imminence d’une nouvelle mode.
Ce qui m’a fait réaliser que ces dernières années, j’introduisais des personnages de ninja dans toutes mes histoires sans même réaliser ce que je faisais.
Je pensais ces personnages comme des acrobates, des contorsionnistes, des funambules. Mais maintenant que le ninja revient à la mode (si vous êtes sceptique, reparlons-en dans six mois), je peux assumer leur vraie identité.
Maintenant que j’ai décidé d’assumer que j’écrivais pour divertir, pour faire voyager et rêver, sans me prendre au sérieux, je peux y aller à fond avec la pop culture.
Hahaha!

Nous sommes marqués par la culture de notre adolescence, même si nous n’en avons plus conscience. Le grunge, les ninja, [ajoutez votre souvenir des 90s], tout cela se retrouve dans mes histoires sous des formes redigérées, dilué dans d’autres références.

Nous sommes faits de ces myriades de bulles d’influences qui flottent en nous en y laissant des traces colorées qui se mélangent et deviennent notre représentation du monde et notre imaginaire. Elles sont gonflées à l’hélium de nos rencontres et de nos souvenirs, de la culture qui nous entoure (les films, les musiques, les gens qui nous entourent) et de nos rêves profonds.

C’est l’ensemble de ces bulles qui compose notre identité. Une identité changeante, mouvante, se transformant au rythme des vents qui nous traversent. Adopter une nouvelle culture, c’est en abandonner une autre (quitter le lycée pour la fac, la fac pour un métier, devenir parent, perdre un parent…), c’est recevoir de nouvelles bulles et en laisser échapper d’autres. C’est devenir autre.

D’une conférence d’un maître taoïste je retiens l’idée que le malheur de l’humain vient de ce qu’il s’attarde à ce qu’il devient plutôt qu’à ce qu’il est. Le maître utilise la métaphore suivante: La jarre est un récipient. Sa raison d’être est de recevoir des objets: de l’eau, de l’huile, des olives, des épices, du lait… le temps où elle est remplie de ces objets, elle n’est souvent plus perçue comme une jarre mais comme l’objet qu’elle contient (ne dit-on pas: “passe-moi l’eau” plutôt que “passe-moi cette jarre d’eau” ?). Pourtant, dès l’instant où elle est vidée et nettoyée, elle retrouve sa nature initiale de jarre (qu’elle n’a jamais perdue).

L’homme est comme une jarre. Sa raison d’être est de recevoir des émotions, des rêves, des désirs. Mais il n’est pas ces émotions, ces rêves, ni ces désirs. Il en est le récipient. Le malheur de l’humain vient de qu’il oublie sa nature et croit qu’il est l’émotion: “je suis triste”, dit-il, plutôt que “la tristesse me traverse”. Pourtant, c’est bien le cas. Les émotions sont fugaces. Elles nous traversent puis disparaissent, laissant place à d’autres.

Cette métaphore m’aide dans les moments difficiles que je traverse depuis quelques mois mais je la crois incomplète. Tout comme la jarre est façonnée par un artisan qui lui donne une singularité, presque une personnalité, l’humain est façonné par ses expériences ; par ces bulles d’influence qui lui donnent une forme unique, son identité.
Les amphores sont plus adaptées à recevoir les liquides alors que les pots sont de meilleurs récipients pour les solides. De la même manière, certains d’entre nous sont faits pour recevoir l’ambition sociale et d’autres la créativité, certains la tristesse et d’autres la joie, certains le stress et d’autres la détente. Nos désirs, nos rêves, et nos tendances émotionnelles nous sont propres même s’ils ne suffisent pas à nous définir.

Vous êtes un récipient… mais de quoi ?

coffe and writing

Café… ou autre chose

1 Comment

  1. Hue-pillette
    Mar 1, 2015

    Salut anael,
    Je ne suis pas sûre que nous soyons fait pour quelque chose peut être plutot nous faisons quelques choses et ces choses que nous faisons nous transforment ou les événements que nous vivons et Lee personnes que nous rencontrons…non?

Submit a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>