Priorités

Tout, dans la vie, n’est qu’une question de priorités.

Quoi faire passer en premier entre mon métier, mes histoires de coeur, mes désirs de corps, mes caprices de consommateurs, mon envie de spiritualité et mon besoin d’écrire ?

J’ai droit au bonheur et j’ai l’intuition que le bonheur repose en grande partie sur ma capacité à la réponse que j’apporterai à cette question: qu’est-ce qui est le plus important pour moi ?

Dans mes rencontres, je suis tombé sur cet hypnothérapeute, praticien de la PNL, graphologue, qui a mis au point un simple système de questions/réponses pour faire émerger les systèmes de valeurs des personnes qui l’interrogent. Un système de valeurs, c’est simplement l’ensemble des moteurs inconscients qui dirigent votre vie. Quand vous devez faire un choix entre deux options, votre inconscient mesure ce que vous avez à gagner et à perdre dans chaque cas et le compare à ce qui est important pour vous/lui.

Par exemple si votre besoin de sécurité est plus important que votre besoin d’aventure, vous préférerez voyager dans une zone urbaine bien balisée que dans la jungle sans guide ni téléphone. Je caricature, bien sûr, mais c’est pour vous aider à bien vous représenter le truc.

Donc j’ai travaillé avec ce monsieur et j’ai découvert un certain nombre de choses très surprenantes et intimes sur moi. Je ne vais pas partager le détail des résultats avec vous, je dirai simplement que la créativité est ma valeur dominante. Qui dit créativité pour moi dit adaptabilité, ma capacité à rebondir sur un problème et à l’aborder d’une manière différente, surprenante, originale, créative pour le faire disparaître et le résoudre.

Ce qui est intéressant, et là où mon billet n’est pas qu’une succession sans queue ni tête d’idées, c’est que ces valeurs et cette connaissances de nos valeurs propres et intimes est déterminant pour répondre à la première question. Quand je sais que la créativité est plus importante pour moi que, disons, le sentiment d’être soutenu par ma famille, je comprends mieux pourquoi j’ai continuellement lutté pour me créer une vie créative malgré l’absence de soutien que j’ai pu ressentir chez certains de mes proches à certains moments de ma vie (non Maman, je ne parle pas de toi (je module mon discours parce qu’il arrive que ma mère lise ce blog et l’interprète de travers (non je n’ai pas dit que tu étais susceptible)) et Papa, je ne parle pas de toi non plus).

Découvrir ses valeurs n’est pas compliqué mais cela ne peut pas se faire seul. Il faut qu’une personne vous demande ce qui est important pour vous, qu’elle creuse avec vous pour vérifier que vous parlez bien de vos valeurs et pas de leurs manifestations extérieures, etc. Je n’enterai pas dans le détail de ces techniques parce qu’elles ne m’appartiennent pas et que ce n’est pas l’objet de mon billet.

Là où je veux en venir c’est que le bonheur vient, je crois, d’une adéquation entre ses actions et ses valeurs, d’une lucidité sur ce qui marche ou pas pour nous et du courage de couper les fils de ce qui ne marche pas. Et ça, c’est le vrai défi. Parce que savoir qu’on est dans un boulot, une relation (amicale ou amoureuse), un rapport à soi qui ne fonctionne pas, ce n’est pas le plus compliqué mais changer ce rapport, cette relation ou ce boulot, là est la vraie difficulté. Lorsque la peur de l’inconnu pèse plus lourd sur nous que la souffrance de l’inadéquation entre notre situation et nos valeurs, il est souvent facile de préférer la souffrance connue au changement.

Et c’est là, dans cette préférence pour un confort à court terme que se jouent bien des tragédies.

Pour le nouvel An, prenez une résolution: devenez courageux.

2 Comments

  1. Paul-Emile Gutti
    Jan 1, 2015

    D’abord Bonne année 2015.

    Merci pour ce billet plein de bon sens et bravo pour ta approche courageuse de découverte de toi même. Cela me donne envie de faire la même démarche que toi (je me permets de te tutoyer, désolé si c’est inopportun) et de découvrir ce qui est REELLEMENT important pour moi.

    Bonne continuation. Cordialement

  2. Alex
    Jan 13, 2015

    Quel bon billet!
    J’ai cette curieuse impression de me reconnaître dans cette description, sans doute parce que il y a une grande part de vérité … et le lire au réveil (!), n’en est que plus révélateur et lucide sur ma condition. Tout n’est qu’une question de priorité dans la vie, avoir le temps de faire ce que l’on aime et ne pas rester dans un espèce de statu quo qui ne convient pas, quel défi! Oui, donner enfin du sens à ses actions et donc à sa vie, il faut que je sois courageux cette année… j’ai droit à un happy end?

Leave a Reply to Paul-Emile Gutti Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>